Bertholde sur le libre arbitre

9 Comments

  1. J’ai idéalisé, c’est ce que j’ai fait dans ma vie, et ce, de façon immodérée, ce qui n’a rien de modeste tout en maintenant à genoux. Après m’être battue depuis quelques années pour DÉSIDÉALISER, j’ai eu une rechute. Quand j’ai entendu Bertholde, je me suis donné la permission de l’idéaliser et ça m’a procuré un grand soulagement. Je me suis dit : voilà enfin un représentant de ce tête nouvelle génération en processus de conscience, et je pouvais arrêter de me demander s’il y aurait une suite à l’instruction. Pourquoi est ce que je n’ai pas eu cette pensée (polarisée d’inquiétude) avec les membres de supramental.info ? Je vois deux éléments d’explication, ce sont deux éléments qui m’ont impressionnée : Bertholde est visuel et je me nourris d’impressions visuelles + Bertholde se présente avec un aplomb bien campé. Je comprends que son travail de youtuber correspond avec une telle force de présentation mais je n’ai pas su rester neutre. Comme ça m’a influencée !
    Il aura d’ailleurs lui aussi à intégrer une image de lui-même à cet effet.
    Pour conclure, je suis très soulagée après ces années sans signe de continuité. J’ai eu tort de douter, mais je suis comme Thomas, je voulais voir des preuves. Ça y est là et quelle ébullition ! J’aime ce Québec de l’avenir.

  2. Wow l’orateur, presqu’en équilibre sur son centre de gravité durant les 2 minutes du vidéo. Il en faut de la puissance pour s’affirmer contre les pensées. Surprise dans mon cas : il est contagieux, ce droit à s’affirmer, et il faut absolument que je te remercie Julie pour l’effet sur moi de ce rajout au site. C’est vraiment surprenant à quel point le spectacle de Bertholde me renvoie à mon propre centre de gravité, où c’est si bon ! Bon, je manque de calme mais je te dis un grand Merci pour avoir amené à ma connaissance un grand chevaucheur de parole. Je vois même un avenir d’instructeur chez cet homme jeune encore mais qui me semble déjà aguerri

    Concernant le contenu du vidéo, je suis d’accord que la liberté décisionnelle s’acquiert à force de ne pas donner de la valeur émotionnelle à quoi que ce soit. Bernard disait aussi go with thé flow. Je ne suis pas assez dans le flow pour avoir des choses à dire là-dessus. Je rassemble quand même les ingrédients, comme l’aération du mental par exemple. Toujours est-il que j’ai remarqué 4 ou 5 étapes durant une grande prise de décision qui a eu lieu cette année et les voici en ordre chronologique :

    – Excès de passivité et de souffrance vibratoire qui n!en finissait plus d’avoir l’air stérile.

    – Centrification et identification objective de l’excès.
    (Bertholde dit sur son vidéo que l’homme centrique
    positionne évidemment l’expérimental en dehors de lui.
    Bernard disait parfois que pour l’homme, l’expérimental
    ce n’est pas de ses affaires.)

    – Reconfiguration des éléments restants à intégrer.

    – Réarticulation de ma programmation.

    – États d’âme où je ne me reconnais plus.

    – Manifestations de petits désordres physiologiques.

    – Jeux de face à face multisensoriels entre l’esprit et moi.

    – Tumulte facilement géré grâce à une clairvoyance qui m’explique la logique de ma programmation…

    Tumulte de la naïveté
    La naïveté est vieille comme l’homme, elle se pointe le nez à chaque projet avec son lot de tumulte. C’est elle qui obstrue l’enlignement des agendas lors d’un nouveau départ de vie.

    L’homme, moins naïf qu’avant la décision quand même, constate vite la nouvelle sorte de divergence entre l’agenda du corps astral encore tout en extravagance et l’agenda du processus encore tout en régence.

    Régence
    À des fins d’éclairage, L’esprit prend l’autorité que l’homme ne peut pas prendre encore, et ceci, surtout ultérieurement peu après la grande décision, sous la forme d’une exacerbation ou exploitation sans merci de cette naïveté qui ne s’intègre pas.

  3. Salut Julie, la vidéo de Bertholde est intéressante, je l’avoue. Mais, elle est superficielle, il généralise une situation de vie ; la prise de décision. Nous avons tous, un niveau d’évolution différent, un niveau de conscience différent. Que fait le double lorsqu’il change le taux vibratoire de nos corps subtils, il facilite le transfert d’énergie à notre conscience. Il nous rend plus intelligent, mais, pourquoi faire, pour s’asseoir dessus. Je ne crois pas, nous devons aiguiser notre intelligence et au moment de faire un choix, nous devons voir toutes les ramifications de ce choix. De plus, comment savoir si un choix logique, n’est pas l’influence d’une âme en quête d’expérience. Dis-moi Julie, est tu capable de faire la différence entre l’influence de l’âme et l’influence du double. Moi, des fois, j’y arrive, mais, la plupart du temps, non. C’est comme ça que le discernement se développe, en utilisant notre intelligence. En passant, c’était une question rhétorique.

    P. S. ; Je trouve Bernard, bien meilleur que moi, pour expliquer avec précision, l’évolution de l’homme.

    1. Très intéressant ton commentaire, Juan!
      Oui, nous avons bien tous un « niveau » d’évolution différent et selon notre cas, la prise de décision sera plus ou moins alignée avec son esprit.
      Eh non, pour ma part pas encore capable de discerner ce qui vient du double… pas clairement en tout cas! Il y a une voix qui se fait entendre, de plus en plus d’ailleurs, bien que faible, mais je ne sais pas exactement ce qui me parle, bien que ça semble intelligent et que je prenne compte de ce qu’elle me dit. Au « tu »… Eh non pas au point de me laisser entièrement par cela. Je me laisse guider parfois par certaines perceptions subtiles, et ça marche assez bien.
      « En utilisant notre intelligence », encore là faut-il être sûr et certain de ce qui est de l’intelligence en soi…

  4. Oui il y a clairement (ou pas) quelque chose de paradoxal dans ce principe qui est peut-être une réalité. La volonté réelle serait donc quand on ne décide pas, mais quand le mouvement s’impose de lui-même — par son esprit, par son double, par une volonté au-delà du mental. Ce n’est plus le « moi », la personnalité, l’être humain incarné qui décide, c’est l’être réel.

    1. En sortant peu à peu de la brume, l’ego se trouve à entrer peu à peu dans la lumière. En défusionnant graduellement de la personnalité, l’ego se trouve à fusionner avec le réel dans la même mesure, au fur et à mesure. L’ego qui jadis croyait tout décider et la personne de demain qui saura comment et pourquoi procède la Nécessité commencent à alterner dans la conscience, presqu’à se chevaucher. Le taux vibratoire de l’ego s’élève, sa stabilité se rapproche de la permanence et la nouvelle expérience estompe l’impression émotionnelle d’une dualité.

  5. Citation ; La Logique (C034b)

    – 00:02:14 … La logique n’a rien à faire avec l’intelligence réelle de l’ego. Elle n’est qu’une notion de l’intellect de l’ego, elle n’est qu’une notion d’un ordre inférieur, cherchant à se réaliser idéalement, c’est-à-dire, selon l’idée de l’ego. Mais, l’idée de l’ego n’est pas nécessairement le produit créatif de son intelligence réelle, elle peut très bien être le produit d’une influence astrale inférieure. Ce n’est pas le mot logique qui est en jeu ici, mais, l’attitude que l’homme a de vouloir être ou d’agir de tel ou de telle façon, qu’il lui convient logiquement. Le danger pour l’homme de toujours agir avec logique, naît du fait que l’homme ne peut, a ce stage de son évolution, tout comprendre les éléments qui d’écoulent d’une action dite logique, de sorte que la logique lui facilite la compréhension d’une situation, afin qu’il puisse agir avec un plus haut rendement d’efficacité. Mais, ce rendement n’est pas vital en lui-même, il n’est qu’expérientiel. Pour qu’une action soit vitale, elle doit être déclenchée par l’énergie de l’intelligence et non la logique, qui n’est que de la manipulation subjective de certaines données qui ont pour but de renforcire l’égocentrisme, plutôt que de le diluer et faire apparaître le centrisme, c’est-à-dire l’activité de l’intelligence réelle derrière l’action …

Laisser un commentaire