La Femme en devenir

Accueil Forums Activités La Femme en devenir

Mots-clés : 

Ce sujet a 3 réponses, 2 participants et a été mis à jour par  Edwige, il y a 7 mois et 2 semaines.

  • Auteur
    Messages
  • #1019

    Edwige
    Participant

    30 a 70% des femmes dans le monde sont victimes de violences au cours de leur vie, certaines au quotidien jusqu’au déces ou avec des risques de maladies sexuellement transmissibles.

    Demain entre femmes intelligentes nous ne seront plus jamais seules et violentées, nous grandirons et deviendrons hyperconscientes ensembles. L’homme nous suivra… ou pas…

    La femme complète en devenir émergera des lignées de femmes avant elles, qui ont su braver tabous et interdits pour se libérer des souffrances liées aux soumissions et aux dominations de toutes sortes; éducatives, culturelles, religieuses, familiales, conjugales, monétaires et sexuelles qui vont souvent de pair…

    Dans les générations actuelles et à venir elles sont et seront de plus en plus nombreuses dans le monde à s’incarner en conscience et le savoir sur la réalité des plans occultes et invisibles.

    Et de plus en plus nombreuse aussi à vouloir s’incarner dans un pays développé plutôt que là où les conditions de vie des femmes sont restées archaïques. Les statistiques démographiques récentes démontrent la diminution drastique du sexe féminin dans certains pays: Inde, Chine, Quatar etc.

    Concomitamment ou indépendamment de toutes catégories socio-religieuses, et des effets produits sur l’humain, c’est dans l’alcôve sacralisée de la famille, du mariage ou de couple, de la sexualité astralisée, de la dépendance financière, que la femme a le plus engrangé d’oppositions, y compris dans son statut de mère, l’empêchant de prendre sa place dans la vie sur terre, dans sa conscience et dans son esprit.

    Aujourd’hui en s’éveillant à la réalité de sa vraie nature une tornade active et fulgurante fait irruption en elle, une colère immense face au sentiment de s’être faite avoir, berner et embrigader par les mondes de tous acabits.

    Des lors conflits et oppositions occultes multiples redoublent d’intensité pour l’empêcher de se soustraire à leur domination.

    Conflits et oppositions aussi par son conjoint, sa famille, son entourage qui, atteints dans leur suprématie de dominants, l’empêchent également de se soustraire à leur autorité, leur pouvoir, leur emprise.

    L’unique porte de sortie pour elle est l’autonomie intellectuelle qu’elle ne trouvera que dans un pays développé, des études et un travail équitablement rémunéré pour ne plus jamais être sous tutelle financière et dépendance affective de quiconque. On n’échappe pas à un prédateur sans ressources matérielles au risque de tomber dans les griffe d’un autre prédateur…

    A force de combats avec elle-même, avec l’autre, avec autrui et avec les plans elle développe une volonté de fer. Cette volonté l’extirpe enfin des illusions et des mirages qui lui ont été présentés tout au long du désert de sa vie.

    Elle devient intelligente et comprend que sa vie sur terre est dédiée à la maitrise de sa propre évolution. Elle s’émancipe de son asservissement aux autres, elle ne se laisse plus acheter par les miroitements de quiconque ou les moultes promesses venant de l’extérieur.

    Se libérer de toutes dominations sur la totalité de son être est son seul objectif. Résultat: une frappe chirurgicale au coeur de tous les autoritarismes qui veulent l’engluer dans ses conditions primitives…

    Avec le temps et la ténacité, sans jamais déclarer forfait, les transformations prennent formes, souvent à son insu.

    Pendant ce temps, jour après jour dans cette vie, sa fille et sa petite fille gagnent des années d’expériences… Elles iront encore plus loin que là où la mère et grand-mère s’est finalement rendue… pour donner elles aussi un flambeau nouveau aux lignées de femmes qui les ont précédées, qui suivront et qui reviendrons… ou pas…

  • #1027

    Josée
    Participant

    La frappe chirurgicale dont tu parles, comme une frappe de dactylo ancien qu’on retapait trente fois pour souligner, demande une insistance pour commencer et se développer en permanence. Je respecte ce qui se dit et se publie pour canaliser la nouvelle volonté de fer de la femme, qu’elle soit involutive ou évolutive, et que cette harangue soit adressée à son propre sexe, à l’autre ou à la ronde.

    “harangue” ? (j’ignore le sens de ce mot)

    Mais étant de nature solitaire, indépendante, égoïste et individualiste, je ne m’en fais pas pour l’exploitation des femmes en devenir ou des femmes de l’avenir pour la même raison que je ne m’en fais pas pour l’exploitation en général (qui oui ne cessera de se perfectionner grâce à la corruption matérialiste à petite ou grande échelle) comme je ne m’en fais pas pour la pollution, incluant la dépression, etc. Bref je ne m’en fais pas pour ce mur vers lequel fonce l’humanité. Car le paradigme de l’êtreté derrière la pensée va faire basculer le statu quo comme un couvercle d’égoût alors que le rayon venu de la source fusionnera avec les âmes, une par une.

    Ce ménage interne aura comme conséquence naturelle de faire parler la femme, qu’elle soit de telle ou telle personnalité, d’un ton tranchant, sans revenez-y, avec autant que clarté que de fermeté. L’homme se retranchera dans un premier temps pour digérer le repositionnement et émergera d’une façon qui lui appartiendra en propre.

  • #1028

    Josée
    Participant

    A propos de la domination…

    La domination est un thème actuel. Trump demande de la loyauté, un mot-masque, masqué pour mieux dominer, et il teste les engrenages actifs dans la tête de ses sbires. Les producteurs de show-business testent l’ambition des actrices. Ce qui est testé c’est la croyance. La femme dominée se croit. À mesure qu’elle ne se croit, elle n’est plus dominable. Ayant démasqué la domination extérieure et intérieure, elle a un pas d’avance sur l’homme. L’homme involutif est harmonisé avec le principe de la hiérarchie, fondement de la civilisation qu’il soutient (alors que le soutien à sa personne est fourni par la femme). Tout ça, c’est de la programmation prise pour su comptant.

    Ainsi pour permettre l’involution, nous avons dû passer par la croyance systématique dans ce qui se passe dans notre tête. Ce fut pour masquer la domination indispensable à la conduite de ce projet cosmique, qu’il y a eu la joliesse du mot “croyance”…

    Oui, la croyance : un beau mot qui masque rien d’autre que de la soumission, ou dit inversement, de la domination non gérée à coups de poing, ou plutôt à coups de prise de parole. Car la soumission et la croyance ne survivent pas autant en parole qu’en pensée. C’est en se disant spontanément à l’homme devant elle que la femme découvre sa volonté de fer.

  • #1057

    Edwige
    Participant

    Le sens de “harangue” pourrait être le miroir que tu veux; ce peut être un sermon ou un discours solennel et/ou ennuyeux… c’est toi qui décide.

    Y’a rien à juger dans le fait d’annoncer que l’avenir des femmes est le cadet des soucis de la femme telle que tu la présente… tout en les laissant faire le travail et l’œuvre à venir… l’âme est avide d’expériences, chacune les siennes…

    Il en va différemment pour une mère qui, jour après jour, veut transmettre aux filles et petites filles ses années d’expériences pour les voir aller encore plus loin dans leur évolution et leur autonomie, en passant par le grand nettoyage transgénérationnel des mémoires négatives…

    Il faudra bien qu’il y ait des femmes autonomes pour donner vie à ces hommes de demain qui auront, ou pas, l’opportunité de faire face aux femmes en évolution.

    La domination homme/femme est à l’ordre du jour depuis plusieurs générations…, ce qui est nouveau c’est qu’à chaque génération la femme conscientise l’impact de la domination et son aspect sournoisement involutif dans sa vie …

    En rejetant toutes formes de conditionnements, incluant les croyances, elle ira plus loin là où aucune femme n’aura jamais “penser” aller c.à.d. retirer son énergie et son soutien à l’homme pour les rendre libres, autonomes et sous aucune forme de dépendance l’un vis-à-vis de l’autre… l’accouplement sera aboli, il laissera place au réel en soi de la femme et du coup de l’homme aussi. (ne dit-on pas que la femme est l’avenir de l’homme? 😊)

    Ce qui jadis fut (soi-disant indispensable = croyance ?) ne l’est plus aujourd’hui ou jamais été indispensable ?

    Irrémédiable est le retour en arrière pour la femme qui sera indominable, ni en parole ni en “pensée”, juste par sa seule volonté…

    Elle se “croira dominée” si elle ne fait rien pour en sortir… comme les moutons qui “se croient” clôturés dans le pré alors qu’ils n’auraient qu’à se baisser pour passer sous les fils…

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.