Notre meilleur ennemi, le double.

Il n’y a pas pire ennemi que celui qui nous connaît trop bien et veut nous nuire. Ce double enfile son énergie dans tout ce que l’on touche et dans toute les personnes que l’on côtoie, il les met en initiation et les propulse dans des profondeurs altérées, peu soupçonnables de leur âme. Il fait vibrer en nous tout ce qui peut nous écraser. Ce double, ennemi constructeur permanent de notre identité nous torture à souhait jusqu’au détachement, cette énergie qui nous fait gravir l’obstacle psychique pour nous libérer de la souffrance.
Le double nous met en initiation c’est-à-dire en insécurité et nous y maintient tant et aussi longtemps qui reste de la dépression de la souffrance de l’attachement de la croyance et de la peur. Nous sommes en guerre sans armes, sans puissance ni pouvoir les yeux voilés de lumière trop intense pour discerner l’horizon de notre avenir et recevons les coups les plus durs d’un être sans amour ni haine car pas équipé pour, qui agit sur nous pour notre évolution.

5 Comments

  1. Seul , nous sommes effectivement désarmés. Ensemble nous sommes des armées . Comme sur un plateau d’échecs ou un pion avançant en solitaire a toute les chances de se faire capturer, alors qu’avec un collègue ils redoublent d’efficacité car ils couvrent plus de territoire en double file et exercent une double pression verticale une fois un pion adverse saisi.
    (Sa)voir où on va et comment on y va dépend de la détermination à vouloir y aller. Nous créons les paramètres et les conditions de notre avancée selon notre volonté et la hauteur de nos besoins . La tournure que prend la partie n’est ensuite qu’affaire de gestion et de placement. Au pire, il y a toujours des possibilités :).

  2. Effectivement cet être qui m’est inconnu car partout et nulle part et surtout sans intention de se présenter se manifeste toutefois au quotidien dans les actes (paroles ou mouvement) que je pose . Il est parfois flagrant lorsqu’il prend place ici bas le taux vibratoire est tellement élevé que ça surprend et suspend d’autant plus que nous manquons de self-control. La rapidité avec laquelle il s’exécute quand ça lui chante peut être terrassant et c’est en supprimant la vibration coupant net le contact que l’on se stabilise à nouveau parant ainsi les effets collatéraux d’une manipulation outrageuse mais bénéfique car elle est faite pour nous montrer combien nous sommes encore manipulables. Comme au karaté, on en prend pour notre grade jusqu’à ce qu’on prenne en grade pour au bout éviter toute confrontation d’un commun accord ou d’une mise en accord (ou encore en raccord) grâce à cet outil qui est l’autorité. Je suis et je reste . L’intégrer à la matière , cela passe par nous et par ce que nous acceptons et nous refusons. Je pense parler ici de l’esprit.

  3. Salut JL, j’ai longtemps hésité à laisser un commentaire à ce texte, trop poétique à mon goût. Mais, il est frappant de vérité et j’ai apprécié cet aspect. J’ai moi-même subi son courroux (du double) et j’en ai bavé un coup. Même s’il est vrai qu’on n’a pas d’arme contre lui, on peut le désarmer, lui. On peut alléger notre personnalité, notre tempérament ou si tu préfères, notre périsprit (C026a). Le périsprit agit comme un écran de cinéma, l’astral y projette son film. Mais, en amincissant et en décolorant le périsprit, on enlève au double le besoin de nous faire souffrir. En allégeant notre personnalité, on fait ressortir la vraie personne en nous. Je ne pensais jamais dire ça, mais, j’ai hâte de lire ton prochain article.

  4. C’est senti, c’est beau. Mais pourquoi dire qu’on est sans arme? On l’est effectivement de temps en temps, il y a des cycles de baisses d’énergie, des séquelles de doutes inédits où le sol se dérobe. Mais est ce que ces temps dans le mal ne sont pas l’occasion de larguer du faux bien pour puiser notre identité plus proche de notre centre de gravité ? Notre centre de gravité, que nous appelons de tout sorte de façon (respect de soi, définition de soi, équilibre, autorité, puissance, etc.) est notre seule référence, nous avons cet outil face à la manipulation de l’ajusteur de pensée. Cet être de lumière concocte son programme de mensonges-à-démasquer, et nous, grâce à son travail, nous développerons très graduellement la volonté de sortir de l’ignoble naïveté qui nous retient de les démasquer.

Laisser un commentaire