Sortir par l’intérieur

L’astralisation résulte essentiellement de la retransmission de l’émotivité d’âmes séjournant sur le plan astral vers l’émotivité des âmes qui sont les nôtres sur le plan éthérico-matériel. Il s’agit d’une retransmission pour laquelle notre âme est spécifiquement configurée. L’astralisation se traduit donc en une influence extérieure imprimée sur l’âme à son insu. Chez l’âme astralisée, la plus belle spontanéité reste de l’aliénation, du plagiat innocent.

L’âme est pour ce trafic une porte grande ouverte oui mais dans l’astralisation rien n’est ouvert. L’émotivité y circule en circuit fermé. Chez l’âme astralisée, le regard le plus pénétrant reste hors de portée de la lucidité profonde de cet état. Alors l’âme est un robot pour commencer, tant est totale la fermeture du système qui gère cet état.

Heureusement une bonne nouvelle nous arrive aux uns et aux autres individuellement du fin fond de notre sensibilité !… Il y a de la lumière au bout du tunnel ! Ou plutôt il y a de la lumière au fin fond de notre propre sensibilité ! C’est d’abord intuitivement, par survie, que nous nous retrouvons en train d’y puiser un pouvoir nouveau. Et un renouveau s’installe où nous recourons soudain à une ressource insoupçonnée au centre de notre être, dans notre point d’équilibre. Peu à peu nous enregistrons intellectuellement cette réalité déconcertante, que c’est là que l’infini existe outre les murs de l’astralisation. La piste est à l’intérieur puisqu’il est possible d’y puiser le pouvoir nouveau de la désastralisation.

Chaque individu se reconnecte désormais à lui-même. Lui qui a fait le robot durant plusieurs incarnations jusqu’au jour où il en est devenu abruptement épuisé non par l’émotivité mais par l’aliénation elle-même, se déconnecte de toute influence ex-té-rieure. L’aliénation millénaire n’étant plus possible fait éventuellement place à un début de liberté intérieure extraordinaire. Ce n’est pas un rêve, c’est le progrès d’une réalité dont le mérite nous revient. La liberté à venir demeurera par contre inimaginable tant que nous ne sortirons pas du cadre de l’astralisation.

One Comment

  1. Cet extraordinaire début de liberté face à l’aliénation inconsciente donne lieu à une clarification de la situation et à un soulagement parce qu’on tient son but. Mais ! Avertissement ! La désastralisation ça donne aussi lieu à plus d’astralisation.

    Quand on réalise qu’on est un robot, on est tellement humilié par la situation qu’on est prêt à croire n’importe quelle astralisation qui rehausse son statut. On se croit important du fait d’être au parfum au sujet de la vraie nature de la pensée, ce qui constitue une nouvelle manipulation astrale. On a beau avoir commencé à démasquer la condition humaine, cet éclairage laisse bien des coins dans la plus sombre pénombre. On dénie qu’on est encore inconscient parce qu’on est fasciné par le début de conscience. Cela ralentit le démarrage.

Laisser un commentaire