La conscience psychique

Il n’existe pas de conscience de soi, il n’existe qu’une conscience d’agir.
Le centre de gravité constitue le point d’appui de l’action pas le point d’être de l’individu.
La conscience est action et mouvement, toute réalité de la conscience nécessite un mouvement donc une action.
La conscience dans la matière se manifeste par les voies nerveuses de la douleur, des sens et par les nerfs moteurs du mouvement.
Tout est mouvement dans le corps donc tout est conscience du plan matériel.
Si vous voulez aller dans un plan autre il faut mettre le corps de ce plan en mouvement. Le rêve est le résultat du mouvement de votre corps astral de même que le calcul celui de votre corps mental, ce que l’on appelle conscience est le mouvement de votre corps supramental ou intégré dans le plan éthérique.

9 Comments

  1. Évelyne, tu t’exprimes de façon définie, ça me fait du bien de te lire parce que je vois quelqu’un dans son autorité. je t’imagine en train de discuter créativement dans un échange serré et ça me donne le goût de ce genre d’énergie que je ne connais pas. Ce site est un lieu d’échanges précieux mais il n’est pas beaucoup utilisé, j’aurais le goût que ça décolle, mais je compte sur septembre pour ça,.
    Je suis rendue au point où j’ai envie d’échanges, avec tout le défrichage que ça implique, j’ai envie de développer l’art de la conversation avec les autres membres pour ajuster mon processus et ajuster ma parole -qui est peut-être compliquée pour rien, pour des raisons émotionnelles. Je peux travailler ma parole moi-même mais j’aurais le goût que d’autres mondes plus définis viennent m’ajuster. L’invitation est lancée à tous !

    1. Bonjour Josée,
      Je t’entends! Oui peut-être qu’après l’été il y aura plus de passages sur ce site, son développement se fait tranquillement. On dirait en effet qu’il répond à un besoin, dans la même fenêtre temporelle, il y a aussi Juan qui s’est joint à nous, un article de lui sera publié aujourd’hui. Je lis tes autres commentaires…

  2. Je goûte ton encouragement, Juan, à aller vers la confidence. Merci beaucoup. Et merci Julie aussi. Alors je continue pour confier justement que … le support d’autrui réveille chez moi un grand appétit pour plus de support encore. Attention à mes manoeuvres. Je suis un ogre affamé de pushers à mon addiction, pushers = génies qui seraient prêts à mettre leur génie à m’expliquer en quoi j’ai du génie. Oui ok on dit de moi : “elle, elle n’attend pas après les autres” mais on déchante vite vu que c’est polarisé avec un verso de la médaille qui attend sérieusement après les autres.

    Ceci étant dit, Je veux en arriver aux tests psychiques.
    Prenons par exemple le test psychique de la dépendance affective. Un événement valorisant arrive, paf. Est ce que petit coeur solitaire va se gonfler subliminalement parce que le besoin de valorisation, c’est mon blind spot ? Ou est ce qu’il y aura sortie de scène, recul et lecture très froide de la situation parce que l’intelligence a commencé à rentrer dans mon contrat face à la dépendance aux autres ? La capacité de ground est imprévisible, du moins à mon stage. Mes progrès ne sont pas linéaires, ni ceux de mon tchom etc. Il y a des formes qui me magnétisent, qui ont été mises en relief mais où je me laisse cyniquement tenter. Il y a les blind spots plus tenaces, presqu’insoupçonnables avant la toute fin peut-être. Je dirais que les tests se répètent jusqu’à la mort morontielle éventuelle, cf mon observation de Bernard.

    Le blind spot change de statut lors de lugubres épiphanies : le 1er succès en discernement d’une forme en train de vibrer fait son pop up un beau jour au détour d’un test et ce n’est pas bien vécu, vu que ça me dégoûte moralement. Ma dépendance face aux marques d’estime d’autrui n’a rien de mignon. Je l’ai vu passer là à l’instant, et ça m’a dégoûtée comme un horrible minizombie qui me collerait à l’épaule.

    Je dis que c’est un mort à cause de la théorie surtout. La théorie, une croyance, a peut-être induit l’impression et ce n’est peut-être pas un mort tel quel. Il y a tellement de fausses impressions. N’y a t il pas eu cette phrase de Bernard qui présentait les choses autrement ? Il disait que dans le processus de transition vers la conscience, le double créait une astralisation artificielle qui se substituait à celle karmique de l’involution.

    (Cette instruction, qui ne fut pas sans quelques heurts et contradictions, contraint à recommencer le tri des idées année après année. Comment vivez vous l’évolution de votre écoute de Bernard ? Puisse le site de Julie établir concrètement qu’on est pas tout seuls comme dit Juan.)

    Franchement, je préfère me passer du minizombie sur l’épaule, sans parler des autres mini zombies pour les autres blind spots. Je préfère fréquenter un seul metteur en scène – aussi hargneux soit-il – qu’une quantité indéterminée d’esclaves de la mort. Je préfère m’arracher à mes humeurs comme à des tests de “coloralisation” artificielle que de devoir m’arracher à des contacts collés avec des nostalgiques contagieux. Mais ça c’était le côté schématique, graphique, théorique de mon credo. De l’autre côté, pas de farce, Je persiste à choisir énergétiquement tout ce qui peut m’astraliser. C’est tellement chou pour l’ego !

  3. En fait et en peu de mots, vous avez reçu la descente de votre esprit dans la matière, votre savoir et votre lumière. Ce qui rend l’échange avec les autres (non conscient) difficile puisqu’on a plus envie de banalité mais un besoin de discuter créativement pour évoluer, donc on se retrouve seul. Et oui plus on est conscient plus on est testé, par l’astral, le double (si il est encore nécessaire), par notre programmation si on a pas compris quelque chose et plus on avance plus la manipulation devient subtil.

  4. J’aime beaucoup te lire, Josée, et je dois te lire plus attentivement pour te répondre avec intelligence en lien à ce que tu écris. Le site en est à ses débuts, alors il est encore peu visité pour le moment. Tes contributions sont très appréciées et je suis certaine que d’autres y répondront aussi. À bientôt!

  5. Voici le lien que je vois entre le ground et l’action.

    Moi dès que je suis en situation relationnelle, ma personnalité n’est plus groundée. Par contre j’ai toujours été active et productive, ce qui me groundait dans l’action. La solitude m’a toujours plu parce qu’alors j’étais dans ma puissance : confiante, intelligente et performante. Puis tout a changé. Je suis entrée dans le processus de fusion dans cette nouvelle sorte de solitude où on n’est pas vraiment tout seul. J’ai trouvé dans ce processus une nouvelle condition physique de fatigue et une super-exacerbation des émotions qui m’a conduite à couper mes relations.

    Or couper ses relations… constitue une action relationnelle. Le relationnel étant ma zone d’inconfort, les émotions ont capoté à la fois dans la culpabilité et la haine, ce qui m’a poussée à me grounder a l’intérieur de ma relation avec le double, quelle twist!

    Depuis ces derniers temps, oisive le jour et insomniaque la nuit, soumise à des tests psychiques plus profonds, j’essaie de sortir des tests psychiques au prix de toute sorte de moyens susceptibles de créer un face à face avec cette intelligence étrange qui manufacture mes tests.

    Mais c’est en vain, étrangement je ne maîtrise pas du tout cette entreprise de communication – comme je maîtrisais par exemple des exploits, des projets, des décisions qui m’animaient jadis… comme si la puissance de mon êtreté humaine planétaire n’était plus perceptible dans le paquet de voiles qui s’insinuent dans les jeux de cachette entre le mental et l’ego.

    Je comprends maintenant 2-3 choses:
    – pendant longtemps le processus de fusion sera une situation relationnelle où la personnalité avec ses craintes etc. devra prendre sa place comme elle fait sur le plan social ou familial – donc si je suis timide, je serai timide avec le double aussi pour commencer
    – cependant, je réalise que la capacité de ground ou de puissance qui s’est manifestée dans mon involution obéissait à de la programmation inconsciente, tandis que la capacité de grounder ou de puissance face au double à d’autres règles car la fusion réarticule la programmation à mesure que la volonté s’éveille – donc les cartes sont brassées et je perds l’image timide ou séductrice que j’ai de moi-même, je perds mes anciennes habiletés de séduction timide, tout est révélé et ça emberlificote

    Je réessaye quand même à longueur de jour. Le fait est que je suis tournée entièrement vers ce face à face avec le mental au lieu de m’accrocher à des voies de sorties dans l’action ou le contact humain. C’est une erreur dans un sens parce que c’est très astralisant… mais d’un autre sens, j’ai peu d’énergie pour bouger. Sans compter que je me blesse physiquement si je me pousse hors de l’inertie, et que mes convalescences me mettent sur le dos. Tout ça est nouveau, déstabilisant. C’est le voyage de l’immobilité.

    Puis quelque chose est arrivé : je suis arrivée il y a 8 jours sur le site à Julie et hop j’ai vécu ce que disait Jean-Luc Leroy sur la polarisation qu’on vit quand on entre dans un groupe, comme quoi au début on est enthousiaste. En effet en ce lundi 11 juillet 2017 c’est mon 9e commentaire. Les autres étaient pas mal plus courts mais quand même on peut dire que si j’ai écrit 9 fois en 8 jours d’affilée c’est parce que j’ai un gros besoin de parler et d’échanger en train d’être identifié.

    Ça demande maintenant un retour d’équilibre. Et dans la décision de me retirer quelque temps il y a l’expression de cette énergie mystérieuse appelée ground ou discernement ou puissance ou contenance, ou autorité ou êtreté ou équilibre etc. J’ai commenté les messages de l’un et de l’autre ici et là en ce mois de juillet où tout le monde est occupé ailleurs. Personne ne répond ? peu importe, je prends les devants, je me grounde, me calme et me pousse un peu du site.

    Au plaisir de vous entendre ! Je trouve ça tellement le fun de parler de conscience !

    1. Juan

      Salut Josée

      J’ai lu ton commentaire du 11 juillet et j’ai aimé. C’est un témoignage sur ta vie et certains éléments m’ont touché ; ta relation avec le double et les tests psychiques que tu subis. Moi, je l’appelle l’esprit en moi et mon humeur varie de la haine (pour les souffrances subites) à la tolérance (compréhension du travail qu’il fait). Tu n’es pas seul, c’est le prix à payer pour évoluer. Quant aux face-à-face avec cette intelligence étrange, si tu me permets un conseil ; essaie de découvrir ce qu’il fait vraiment. Moi, je dirais qu’il colore les formes pensées dans ton mental, afin de te faire, agir et réagir suivant un plan d’évolution personnelle. Le double modifie les énergies dans tes corps subtils. Ne me crois pas sur parole.

      Le voyage de l’immobilité, cela aussi, je connais. Je viens de me rétablir d’une série de problèmes de santé qui m’ont forcé à rester chez moi. J’en ai profité pour écouter pleins de documents audio de BdM.

      Un témoignage comme le tien me plaît, parce qu’il est personnel. L’opinion qui va suivre est teintée d’astralité, mais ; n’importe qui peut lire un texte, écouter un enregistrement et s’en faire une opinion. Ensuite, rédiger une interprétation personnelle et la publier. Un témoignage est plus risqué, on ouvre son cœur et on peut en souffrir, mais, sur le long terme, c’est plus gratifiant.

Laisser un commentaire