Communauté liée au groupe Facebook Labo de psychologie et psychiatrie évolutionnaires
 
La mémoire personnelle c’est de la souffrance cristallisée

La mémoire personnelle c’est de la souffrance cristallisée

Qu’ils soient heureux ou pas quand nous faisons appel à nos événements passés personnels, donc différents de la mémoire apprise, nous avons au fond de nous la présence d’une nostalgie voire d’une mélancolie de notre être passé. C’est que l’énergie utile à la réactivation de ce souvenir puise dans notre corps vital et baisse d’autant notre niveau vibratoire que nous restons dans cet état.

2 Comments

  1. C’est vrai que le focus sur la mémoire affecte la vitalité, que ce soit de la nostalgie ou toute autre vibration égoïque, qu’il s’agisse d’un souvenir qui surgit ou d’un englobement plus vague. Mais même s’il est toxique à notre éther, le focus sur la mémoire n’est pas facile à contrôler.

    La mémoire demeure une vaste énergie inaccessible à l’intellect. Elle est inaccessible au départ, parce qu’elle s’est construite à même de l’inconscience. La vie et la mort forment une roue qui alimente cette pile spécifique à chacun. Je sens la pression dévitalisante d’un champ que je visualise comme un fantôme enveloppant, étouffant, ou, si j’en ai un break, comme un petit nuage quand même fatigant avec ses éclairs. Anyway, en break ou en crise, je reste manipulable parce que je n’ai pas beaucoup d’identité, je suis émotionnelle. Or, Justement, catch twenty two, cette énergie qui me rend manipulable est le miroir de ma spécificité émotionnelle. Elle est le travail à abattre !…

    Oui mais elle n’est pas l’ennemi à abattre. L’âme n’est pas mon ennemie. L’astral oui, qui me fait focusser dessus pour m’émotiver. Mais l’énergie de l’âme est ainsi faite que focusser dessus et m’en émotiver donc, c’est la perpétuer, donc armer l’astral à mon endroit. Parfois je l’intègre en restant d’aplomb dans la tourmente émotionnelle des pensées et du timing événementiel mais ça prend de la vitalité, de la force, de la dignité que je n’ai pas et que je dois transférer en moi depuis des profondeurs subatomiques vierges. C’est un renversement tête à queue qui fait s’effondrer ma civilisation. Pas de farce, je m’allonge comme une barre verticale que ne touche plus le fantôme périférique, je le fais pas souvent, non. That is me.

    Quand je dis que l’astral me fait focusser sur ma mémoire pour m’émotiver, attention, j’essaie de ne pas OUBLIER que cette apparente provocation à l’émotion est concoctée par le double. Le double concocte l’astralisation au nom du progrès, pour ma cause et dans mon intérêt supérieur. Toute émotivité est à saisir en tant qu’opportunité de progresser dans l’intégration et – par le fait même – dans la désastralisation.

    C’est comme si de notre vivant, il fallait arriver au détachement que les ressuscités cliniques racontent qu’ils auraient eu face au film de leur vie qui s’est déroulé dans un flash dès leur décès .

Laisser un commentaire