L’empire du Surhumain (citation de Nietzsche)

« L’homme est une corde tendue entre la bête et le Surhumain – une corde au-dessus d’un abîme. Danger de franchir l’abîme – danger de suivre cette route – danger de regarder en arrière – danger d’être saisi d’effroi et de s’arrêter court! La grandeur de l’homme, c’est un pont et non un terme ; ce qu’on peut aimer chez l’homme, c’est qu’il est transition et perdition. […] J’aime ceux qui n’ont pas besoin de chercher par-delà les étoiles une raison de périr et de se sacrifier ; mais qui s’immolent à la Terre, afin que la Terre soit un jour l’empire du Surhumain. J’aime celui qui ne vit que pour savoir, et qui veut savoir afin de permettre un jour que le Surhumain vive. »
— Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra

One Comment

  1. oui nietzche fut visionnaire car il décrit ce qui nous travaille en 2020, il partage avec l’être sensible d’aujourd’hui la vision d’un renouvellement de la terre et de l’homme. oui on peut s’identifier à cette histoire de corde tendue où il faut rester debout, cette initiation au réel à venir, ce progrès graduel, cette transition, cette phase.
    mais lui et nous mélangeons tout. il n’y a pas de phase entre le sommeil et l’éveil. tout est sommeil.
    tout est de l’ordre du sommeil dans l’image du funambule : l’abîme bien sûr mais aussi la corde, l’effroi, et toutes les sensations associées, celle du danger, celle du sacrifice, même celle du but.
    tout est sommeil et puis surprise on s’éveille.

Laisser un commentaire