Emplacement du Bottin du Supramental
 
L’homme nouveau et le cosmisme des années 1920-1930 en Russie

L’homme nouveau et le cosmisme des années 1920-1930 en Russie


« Tout comme l’unité d’une symphonie naît progressivement de la conjugaison de l’inspiration, du tempérament et de la technique des musiciens d’orchestre qui jouent ensemble, les créateurs de l’homme nouveau doivent s’unir dans une manifestation harmonieuse commune de l’idéal de cet homme nouveau. »
— V. N. Mouraviev, penseur du cosmisme

« Des génies – de grands créateurs – montreront les objectifs et les chemins qui y mènent, indiqueront les possibilités; et se mettront alors en marche sur des chemins nouveaux non pas des hordes de nomades, capables seulement d’effectuer des raids, mais des rangs ordonnés de travailleurs qui, exploitant pas à pas le sol sur lequel ils marcheront, accompliront la conquête pacifique et définitive de la terre pour l’activité créatrice. »
— S.F. Oldenbourg, penseur du cosmisme

« … dans son discours public « Les chemins de la science du futur », prononcé le 30 janvier 1922 lors du congrès annuel de l’Institut de géographie, A.E. Fersman indique que dans le monde futur, le savoir prendra un caractère planétaire, deviendra un facteur décisif de l’évolution civilisée, formulant ainsi les principaux objectifs scientifiques de l’avenir : la conquête de l’espace, du temps, de l’énergie et de la matière, la « soumission des forces de l’univers au génie triomphant de la pensée humaine », la résolution du mystère de la vie, la régulation de l’organisme, le dévoilement des potentialités physiques et spirituelles, encore dormantes, de l’homme. »

« L’homme sera-t-il capable d’utiliser cette force en l’orientant vers le bien et non vers l’autodestruction? Est-il suffisamment mûr pour utiliser cette puissance que la science lui accordera inévitablement? »
— V.I. Vernadsky, recueil Essais et discours (1922)

« La science est-elle suffisamment mûre pour exiger un centre et des organes universels? Cette structure peut-être rester stable si elle n’est pas guidée par un objectif sacré de résurrection? »
— N.F. Fedorov, penseur du cosmisme

Extraits de : Article d’Anastasia Gatcheva, L’idée de noosphère et le cosmisme des années 1920-1930 (A.K. Gorski, N.A. Setnitski, V.N. Mouraviev), traduit du russe par Marion Farbos de Luzan), publié dans « Vernadsky, la France et l’Europe », recueil d’articles, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2016.

Laisser un commentaire