Julie

  • Julie a écrit un nouvel article, Formes et savoir il y a 2 mois

    L’être humain, à un certain moment de son évolution, à un certain moment avec son contact avec… la lumière, est obligé au niveau de son ego de remplacer ce qu’il croit, ce qu’il sait, ce qu’il veut, ce qu’il […]

  • Ce ne sont pas les embûches elles-mêmes qui constituent le problème dans la vie, mais la difficulté que l’homme éprouve à les surmonter, et c’est surtout la manière dont il essaie de les déjouer qui crée encore […]

    • La science va plus vite que l’intelligence dont est doté l’homme au moment où cette science surgit. Nous en sommes encore au balbutiement de l’homme dans le domaine de l’intelligence. Et la science à toujours un temps d’avance sur l’intelligence de l’homme, car c’est la science qui fait progresser l’homme dans son intelligence. Les choses deviendront plus intéressantes lorsque ce sera l’intelligence de l’homme qui fera progresser la science.

  • « L’homme nouveau, à cause de sa fusion avec l’esprit non né, le double, découvrira la nature profonde de la vie et connaîtra l’initiation solaire. Celle-ci lui ouvrira l’œil éthérique, vision qui lui donnera […]

    • Josée a répondu il y a 6 mois

      2020, vain vain. en ressassant tous les calculs auxquels j’ai pu croire, je m’entends répéter : vain, vain, vain, vain.
      récemment et de plus en plus, toutes ces vaines croyances se font dévaluer, dévaloriser, sevrer puis abandonner.
      la bonne noucelle c’est que leur perte amincit la brume qu’on maintenait devant nos yeux.
      c’est la découverte de la claire vision, celle qui facilite les décisions.
      .
      et si 2020 devenait l’année dont on dira là enfin vint la lucidité ?

    • Josée a répondu il y a 6 mois

      ce qu’on subit, ce qu’on pense, ce qu’on sent dans son coeur et son corps, il faut s’y coller serré serré. c.a.d. qu’il ne faut pas le juger le moindrement. c’est ça la fusion.

    • Bernard dans l’extrait
      parle de la fusion
      de la conscience cellulaire de l’homme
      et de la conscience cosmique de son double.
      .
      cette conscience cellulaire se développe dans les cellules nerveuses de tout notre système nerveux,
      c.a.d. dans toutes nos “neurales”,
      à mesure qu’elles intègrent
      notre mémoire
      sur tous les plans,
      physique, éthérique, émotionnel et intellectuel,
      et ce,
      en dépolarisant la mémoire émotionnelle,
      donc
      en évacuant notre lien à bien des vérités intellectuelles
      instiguées par la société

      vu que c’est notre lien à des “vérités collectives”
      qui polarisait chacune de nos émotions
      et empêchait qu’on en profite.
      .
      la conscience des neurales sera restaurée quand tout sera remis au neutre,
      .
      et l’émotion servira cette conscience basique, avertie,
      et qui sera
      avec le senti de l’émotion et la guidance du double,
      enfin parfaitement équipée pour la suite du programme.

  • Merci pour vos contributions! Toutes différentes et éclairantes!
    Je vois aussi qu’une certaine forme de doute est nécessaire pour observer le réel et sa propre astralisation, afin de développer discernement et laisser place à l’intelligence en soi. Afin d’éviter les pièges liés aux impressions, suppositions et interprétations de toutes sortes! :…En afficher davantage

  • Julie a commenté une activité il y a 9 mois et 1 semaine

    Bonjour Josée, je vois que tu as écrit deux fois le même commentaire? Peux-tu en supprimer un des deux? Merci! 🙂

  • Julie a commenté une activité il y a 9 mois et 1 semaine

    Bonjour Josée, je vois que tu as écrit deux fois le même commentaire? peux-tu en supprimer un des deux? Merci! 🙂

  • C’est une version supramentalisée (!) de “Aide-toi et le Ciel t’aidera”… Voyez, je pensais que c’était évident, on dirait que je n’ai pas été claire, vu les commentaires reçus et non publiés. 😀

  • “Tiens-toi” dans le sens de “se tenir”. Autrement dit, sois centrique et dépollué et le monde de la mort n’aura aucune prise sur toi!

  • Pour vous faire parler, vous le faites si bien :

    Tiens-toi et le Ciel se tiendra

    N’hésitez pas à lancer vos propres discussions et publier vos textes!

    • “Tiens-toi” dans le sens de “se tenir”. Autrement dit, sois centrique et dépollué et le monde de la mort n’aura aucune prise sur toi!

      • C’est une version supramentalisée (!) de “Aide-toi et le Ciel t’aidera”… Voyez, je pensais que c’était évident, on dirait que je n’ai pas été claire, vu les commentaires reçus et non publiés. 😀

    • Josée a répondu il y a 9 mois

      batman se fait prendre par le vilain pingouin…
      (l’homme se fait prendre par le projet luciférien)

      … et se fait délicatement déposer debout sur un minuscule rocher de plastique
      (l’homme se retrouve dans un corps matériel)

      …dans l’aquarium du vilain pingouin…
      (l’homme est en huis clos avec le projet terrestre)

      pauvre batman.épuisé par ses folles cavalcades,
      il n’a plus que la force de sauter à l’eau et de se sauver de là coûte que coûte.
      car le plafond descend doucement mais irréductiblement, menaçant de le broyer s’il ne se tire pas de la situation.

      mais cet aquarium n’est pas chauffé. on gèle. il espère que l’eau est chauffée…

      son doigt trempé revient aussitôt vers le plafond puis s’essuie frénétiquement sur sa cape et se soumet tremblant à son regard scientifique.
      “ce n’est pas de l’eau s’écrie-t-il, c’est de l’acide muriatique !”

      et voilà pourquoi batman se doit à lui-même de garder le genou ferme en homo erectus qu’il est…

      d’autant plus qu’il a remarqué que dans ce plafond qui baisse il y a un petit trou exactement vis à vis sa tête.

      patience et fermeté du genou le sauveront, il tiendra le coup.

      épilogue : batman est debout encore mais il meurt d’envie de plonger dans l’acide)

    • Josée a répondu il y a 9 mois

      voici un conte mais il est lié au sujet, pitié pour lui.
      ce message s’auto-détruira dans 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1

  • Je lance une discussion sur la question suivante :

    Qu’y a-t-il à voir dans ce phénomène que nous pouvons tous observer, que plus il y a d’intelligence chez une personne, plus elle doute d’elle-même, alors que […]

    • Ce paradoxe est illusoire à mon sens. Le doute annihile l’intelligence.
      En prenant conscience que l’on se fait mentir en permanence par notre système énergétique “esprit-double parasites-émotions etc.” on acquière le discernement nécessaire pour ne plus croire, ou de moins en moins, aux pensées qui alimentent notre tête. On acquière aussi la volonté de les renvoyer à l'”expéditeur” lorsqu’elles ne nous semblent pas intelligentes ou ne nous conviennent pas. C’est un job à plein temps.

    • l’inconscience correspond à une programmation en circuit fermé.
      le passage à une programmation réarticulable expose l’ego à toutes ses polarités émotionnelles quand il a le front trop près de sa souffrance et donc très loin de son centre ou du réel en lui. ce n’est pas l’ego par un supposé libre arbitre qui le fait s’effondrer dans un abîme de doute, ni lui qui s’en rescape non plus d’ailleurs : c’est sa programmation.
      très longtemps l’ego apprend à voir sa programmation, avant d’être assez imprégné de réel pour interagir avec elle et la voir se réarticuler. seulement alors intègre-t-il les jours de doute qui lui furent programmés : dans une exaspération très ancrée.

    • rien n’est linéaire dans le processus d’ouverture aux circuits universels vu que l’astralité dont il faut sortir pour y arriver est faite de jeux d’esprits des plus efficaces.
      .
      parmi ces jeux d’esprits, il y a les constats qu’on fait sur soi pour s’encourager.
      .
      ces évaluations, bien qu’honnêtes, sont astralisées.
      .
      le désir de se positionner quelquepart dans le processus est astralisé.
      .
      c’est le manque naturel d’identité qui s’impatiente.
      .

    • C’est l’histoire de l’oeuf et de la poule. L’intelligence nait-elle du doute ou est-ce l’inverse ?
      Un être intelligent ne doute pas jusqu’au moment où il doute, et peut-être devient-il alors encore plus intelligent.

    • Merci pour vos contributions! Toutes différentes et éclairantes!
      Je vois aussi qu’une certaine forme de doute est nécessaire pour observer le réel et sa propre astralisation, afin de développer discernement et laisser place à l’intelligence en soi. Afin d’éviter les pièges liés aux impressions, suppositions et interprétations de toutes sortes! 😀 Question de s’assurer que l’information reçue est réellement lumineuse. Oui, un “travail” de chaque instant!

    • réaction au message de françoise

      écouter sa pensée c’est plonger dans un monde de sables mouvants si puissants que les planches de secours y deviennent inutiles : elles y sont toutes englouties.
      .
      si vous le regardez du point de vue très objectif, vos pensées qui vous font sentir mal vous piègent dans l’enlisement de votre naïveté psychique – ce que font aussi par ailleurs les pensées qui vous font sentir bien.
      .
      vos pensées vous font sentir mal mais – par rapport aux pensées qui vous font sentir bien – elles ont l’avantage de susciter en vous le besoin très sain de sortir votre naïveté psychique.
      .
      éventuellement vous puiserez au plus profond de vous la vision et volonté nécessaire pour vous déshypnotiser, vous arracher è l’habitude de croire ce qui se passe dans votre tête. le besoin de paix est le levier de notre force de volonté.
      .

      une épreuve de l’ampleur de ce que vous décrivez est une opportunité d’entraînement à ne pas nourrir aucune pensée. souffrir sans nourrir sa pensée est une souffrance plus scientifique que psychologique, fertile en révélation.

  • Tentative d’énumérer les lois, principes ou clés de la conscience supramentale ou de la psychologie évolutionnaire, selon l’instruction de Bernard de Montréal, tels qu’il les a transmis dans ses livres et conf […]

    • on ne dénoncera jamais assez le fait de croire, cette activité de l,ego qui lui a été programmée au départ et qui permet son état embryonnaire magnétisable passif et naïf.

      j’ai deux citations de bernard sur l’instruction :
      ça prend une conscience totale pour pouvoir recevoir l’instruction dans sa totalité. (enregistrement x)

      l’instruction c’est comme du cash qui est donné à l’homme pour qu’il parte en affaire à échanger ses défauts avec ceux d’autres hommes conscients. (conférence privée de 1990 environ)

    • Josée a répondu il y a 1 an

      ce qui est le plus proche de l’amour réel, c’est le respect intégral.

      il faut une relation avec la nature

      il ne faut pas mettre de l’importance ou de la valeur dans ce qu’on pense

      être spirituel, c’est se faire avoir par l’invisible

      la spiritualité, c’est l’antichambre de la conscience

      il faut voir l’énergie derrière la forme

      il faut horizontaliser sa relation au double

      l’astral c’est comme un aimant

      le système nerveux appartient à l’homme

      le système nerveux est un arbre de vie

      le centre d’un être est son pilier

      il ne faut pas faire confiance à quelqu’un mais avoir confiance en notre capacité d’échanger avec lui

      une forme sera toujours remplacée par une autre

      chaque fois qu’il faut que l’être se libère, il réarticule sa programmation

      il faut avoir une vie relationnelle

      il faut compléter ses liens karmiques

      il faut équilibrer l’émotionnel, le rationnel et le supra-mental

      curiosité et impatience et enthousiasme sont illusoires

      le temps est à l’esprit

      • Admine a répondu il y a 1 an

        Allô Josée, est-ce que le dernier énoncé est complet : “le temps est à l’esprit”? Merci. 🙂

        • Josée a répondu il y a 12 mois

          Le temps n’appartient pas à l’ego, il appartient à l,esprit.
          .
          il faut brûler ses liens karmiques (pas compléter ses liens karmiques – comme j’avais écrit)
          .
          le karma de la femme c’est l’amour, le karma de l’homme c’est le travail.
          .
          la femme, son problème c’est ses émotions, le problème de l’homme est son ego.
          .
          les femmes doivent être autonomes et apprendre la finance.
          .
          il faut toujours avoir une stratégie mais une stratégie ouverte aux alternatives.

          • si l’ego souffre sans être conscient de son rayon, ça ne lui bénéficie pas.
            .
            par contre, si l’ego souffre en étant conscient de l’existence de son rayon et du travail de son rayon derrière cette souffrance, ça lui permet de “dépsychologiser” sa souffrance, ce qui lui permet d’intégrer son rayon… mais il y a une condition. l’intégration du rayon se fait dans la mesure où la réception de la souffrance demeure vibratoire (= dans la mesure où l’ego ne se laisse pas tomber dans de la réflexion).

    • Josée a répondu il y a 1 an

      cherche pas à être heureux, ce qu’il faut c’est être bien dans sa peau.
      .
      quand tu souffres de quelqu’un ou si tu en as peur, c’est un lien karmique.
      .
      tu n’as pas à avoir confiance en quelqu’un, ce qu’il faut c’est avoir une capacité d’échange.
      .
      il faut savoir s’ouvrir aux alternatives, avoir une stratégie ouverte.
      .
      le double “propose”, l’homme dispose. (ceci signifie que, pour forcer l’homme à se rééquilibrer, le double se sert de l’astralisation, c’est lui qui le met au pied du mur, lui qui le garde en crise, etc., ensuite c’est à l’homme de se servir de sa crise pour altérer ses vibrations.)

      le double intervient, ce qui fait travailler l’homme, puis il s’explique pour que l’homme se repose et puis il recommence.
      .
      réfléchir, c’est fouiller dans ses vidanges pour trouver quelque chose de bon.

    • Josée a répondu il y a 12 mois

      c’est intelligent, de l’intelligence.
      .
      tu ne peux pas briser une forme mais tu peux en sortir.
      .
      toutt’ sert.
      .
      tu arrives dans ta maturité quand tu comprends que tout ce que tu fais, c’est correct.
      .
      quand tu coupes avec quelqu’un, il faut lui expliquer pourquoi.
      .
      dans toutes les émotions, il y a de la peur de perdre.
      .
      quand ton être se libère, ça réarticule ta programmation.
      .
      la puissance sexuelle de la femme est dans son total abandon à la présence de l’homme en elle.
      .
      c’est essentiel de cultiver le plaisir (en faisant des voyages, des études, de la construction ou en jouant avec des enfants, des animaux… par exemple).
      .
      le couple ne doit pas se réconcilier, il doit se concilier.
      .
      l’amour, ça vient avec le temps.
      .
      soit tu es avec les hommes dans ton ego spirituel, soit tu es avec eux-autres (du plan mental) et tu crées des alliances avec les autres d’esprit à esprit.
      .
      il faut supporter les divergences de points de vue.
      .
      la vérité n’existe pas.
      .
      plus tu avances, plus le mensonge de l’esprit monte de niveau.
      .
      plus tu avances, plus tu es sensible à cause de la sensibilité de l’éther.
      .
      .
      .
      your comment is awaiting moderation…
      .

    • – la communication avec les plans est télépathique chez l’homme et vibratoire chez la femme.
      .
      – une femme ne peut pas se posséder tant qu’elle reste en orbite de l’homme.

    • Josée a répondu il y a 9 mois

      j’apprécie beaucoup cette citation que tu ramènes, ”tu peux croire puis avoir des connaissances qui vont renchérir ta croyance”, si je comprends par le mot “connaissances” les associations intellectuelles propres au mental inférieur.

      cette citation me fait comprendre le phénomène du jugement.

      lu jugement résulte d’une croyance de base sur laquelle sont superposées à un moment donné dans le temps une combinaison d’idées qu’on a reçues et crues parce qu’on les a estimées relativement objectives, dans notre myopie.

      être capable de croire conduit inévitablement l’ego à l’impasse relationnelle. l’ego naïf se retrouvera tôt ou tard confiné dans l’image qu’il aura montée ainsi couche par couche, enchérissement sur enchérissement, à propos de quiconque l’accompagne dans son quotidien.

      à l’impasse du jugement, l’ego conscient réagit en sortant de sa manche l’échelle du respect intégral, qui lui fait dépasser et sa capacité de croire et les connaissances renchérisseuses.

  • Julie a commenté cet article : L'opposition il y a 1 an et 1 mois

    C’est pourquoi je vois que les supposées forces retardataires sont en fait évolutives… Finalement, comme BdM le disait : quand ça va mal, ça va bien. 🙂

  • Julie a commenté cet article : L'opposition il y a 1 an et 1 mois

    En effet, toutefois c’est en relation avec toute personne, qu’on “n’est pas intelligent tout seul”, tout rapport nous permet de nous voir, peu importe que l’autre soit “intelligent” ou pas. BdM disait que si nous sommes seuls, sans personne avec qui être en relation, un petit chien fera aussi bien l’affaire… Et il faut pas s’empêcher d’être in…En afficher davantage

  • Il y a harmonie, équanimité, qui sont assez connotés spirituellement…
    Il y a homéostasie…
    Et paix…

  • Julie a écrit un nouvel article, L'opposition il y a 1 an et 2 mois

    Perdrons-nous cette manie de nous situer par opposition aux autres à travers les idées? En nous positionnant, au contraire, pour le bien-être de soi-même et des autres? Pour économiser notre énergie. Pour la ju […]

    • L’opposition aux idées d’autrui vient de la compétitivité, de la naïveté qui fait croire à l’existence de la vérité et d’autres attitudes inhérentes à la condition humaine involutive qui sont remontées en surface par la conscience.
      Le respect est la seule façon de s’en sortir, ça neutralise le jugement qui est porté sur l’esprit de contradiction chaque fois qu’on le rencontre et, par la suite, avec la sensibilité, la pulsion de contredire l’autre commence à ne plus valoir la peine.

    • L’opposition naît de celui qui s’oppose, jamais de ce à quoi on s’oppose. S’opposer, c’est polariser, c’est colorer les paroles, les actes d’un autre avec notre propre coloration. C’est celui qui s’oppose qui à un “problème”. L’opposition est effectivement un gaspillage d’énergie qui découle d’un manque d’intelligence, d’un manque de perception des mondes invisibles. Mère Thérésa disait qu’elle ne participerais jamais à une manifestation contre la guerre, mais qu’elle participerais volontiers à une manifestation pour la paix. L’opposition n’existe pas dans l’intelligence.

    • Les combats de coqs font souffrir les deux interlocuteurs et les acheminent vers leur capacité de ressentir le déséquilibre que chacun se cause à lui-même dans tant d’insécurité. Car il faut être insécure, incertain de sa valeur pour exister juste si on cloue le bec d’un autre.
      La communication entre deux personnes plus en mesure de gérer instantanément leur insécurité peut par contre ressembler à une rencontre entre deux coqs, deux beaux coqs intelligents capables d’accepter leurs précieuses différences. On peut transmuter l’envie de se prouver en respect de SOI !

    • En effet, toutefois c’est en relation avec toute personne, qu’on “n’est pas intelligent tout seul”, tout rapport nous permet de nous voir, peu importe que l’autre soit “intelligent” ou pas. BdM disait que si nous sommes seuls, sans personne avec qui être en relation, un petit chien fera aussi bien l’affaire… Et il faut pas s’empêcher d’être intelligent quand il n’y a personne autour lol Être intelligent avec soi-même…

      • J’aime devoir intégrer mes mémoires avec ma famille, j’aime devoir baisser ma peur face à mes voisins, j’aime devoir rehausser mon respect de l’humanité et j’aime ma vie parce qu’elle me fait vivre toutes les relations qui me sont nécessaires… mais je préfère développer mes nouveaux liens avec des gens en voie de fusion. Je vois 2-3 avantages à ça :

        Si mon interlocuteur a commencé sa fusion, j’ai accès à cette lumière dans son ego. Ça élève le niveau de la communication parce que les deux bénéficient déjà d’un éclairage général sur leur vie.

        De plus, il y a un effet de miroir entre certaines attitudes qui se retrouvent communes aux deux du fait du processus. Chaque processus de fusion est unique mais il y a un lot d’attitudes inhérentes au phénomène. Elles sont bien cachées en soi, elles sont visibles chez l’autre, le respect de l’autre fait qu’on les dédramatise, on peut alors les admettre également en soi.

        Autre avantage. Nous formons un milieu d’échange vibratoire. Déjà nous consommons certains produits caractéristiques, qui sont énergético-émotionnels ou plus formels, voire matériels, comme des liens internet, des citations, etc, mais nous avons surtout besoin de faire se connecter nos centres. Oui nous devons nous frotter un peu les egos au moins de temps en temps, parce qu’en parallèle à nos échanges, prend place un brassage vibratoire très vif qui affecte directement des zones plus rapprochées de nos centres. Les impacts sont plus précieux, plus profonds qu’avec des gens inconscients.

      • tout ce qui constitue notre événementiel répond à nos besoins réels.
        pour une même situation il y a différents besoins réels, mais il est essentiel de réaliser que parmi eux il y a toujours le besoin d’apprendre è gérer notre sensibilté. dans le sens évolutif.

        c’est le besoin de “jauger” (?) du “poids” de la situation, de sa pesanteur, du désordre qu’elle apporte dans notre équilibre.
        .
        c’est grâce è ce moyen que nous apprenons à convertir notre sensibilité en action, donc à découvrir la valeur de notre sensibilité et de là apprendre à la raffiner.
        .
        par contre, il faut faire attention à bien gérer notre sensibilité ou plutôt notre façon de jauger du désordre que nus ressentons dans nos vies. jauger du désordre de notre vie ? ça vient par prises de consciences et sans désir de contrôler , de “rémédier” au plus vite. on ne peut rémédier qu’è ce qui se pense dans notre tête, ce qui est d’ailleurs le but ultime de tout ça. nourrir une attitude critique envers notre vie, c’est polarisé donc stérile. l’ego perd son énergie è critiquer ce qui se vit événementiellement mais il gagne à concentrer la critique au niveau de ses croyances.

        .
        marchons contre tout ce qui est dans notre tête, pas contre tout ce qui est dans notre vie.
        .
        l’ego ne contrôle rien événementiellement. la solitude ou l’isolement par exemple nous tombent du ciel dans notre soupe, et pour garder cet exemple de la soupe, la soupe sera toujours mangée dans la solitude de toute façon.
        .
        c’est intelligent de nous contenter, il y a du discernement dans le fait de nous contenir à l’intérieur notre sensibilité sans en remplir les murs brûlants parce que c’est ainsi que se développe le respect pour nous-mêmes et notre propre équilibre.
        .
        ça revient au besoin “d’assurer la permanence” (jargon de secrétaires), de veiller au grain (jargon de paysans) de cette paix opérationelle afin qu’elle se raffine et devienne une voix d’autorité.
        .
        le désordre prend différentes formes chez chacun, peu importe les formes nous baignons dans le désordre. nous baignons dans le désordre comme dans un bain de culture évolutif.
        l’ordre naît de la gestion d’un désordre.
        cette gestion est un apprentissage sans fin.
        la souffrance de la sensibilité joue un rôle dans le réveil de la volonté
        la souffrance de la sensibilité joue un rôle dans le réveil du respect de notre équilibre. la lumière ne travaille pas dans le vide.

    • C’est pourquoi je vois que les supposées forces retardataires sont en fait évolutives… Finalement, comme BdM le disait : quand ça va mal, ça va bien. 🙂

    • Qu’est ce qu une relation interpersonnelle ? Dans l involution c’est une configuration qui va en se pétrifiant avec le temps. Dans l évolution c est un troc de test, chaque personne représentant un test pour l autre au niveau des attitudes que l’autre est susceptible de susciter et qui restent à conscientiser. Autrement dit, dans l évolution, une relation avec quelqu’un se développe en parallèle avec notre relation au double. La relation au double bénéficie beaucoup d’une relation interpersonnelle : on travaille beaucoup la première en bûchant pour mettre du respect dans cette dernière, même si on ne se base que sur des interfaces fugaces. En effet la relation avec notre double est nécessairement envahissante avec ses mille face-à-faces par jour alors que la relation interpersonnelle peut avoir n’importe quel degré de fréquentation.

    • On ne doit rien au bon dieu, rien ne nous oblige à sacrifier quoi que ce soit au nom de la vérité. blesser quelqu’un pour une façon de voir, c’est payer cher pour du vent.
      d’un autre côté, l’effort de ne pas blesser l’autre peut devenir une prison dans la mesure oû là encore on prend notre attitude pour une vérité. ça sera polarisé et il y a une souffrance karmique non résolue entre les deux.
      j’ai beau parler contre les deux comportements, je m’adonne aux deux. je blesse l’autre et je m’étouffe à ne pas blesser l’autre. pour moi ils se valent, dans le sens qu’on leur est confronté veut veut pas. ça ne se rationnalise pas, ça se souffre. il faut que ça se souffre, que ça se vive, pour que ça se convertisse en “passage au second étage”.

  • Taijitu de Lai Zhide (Wikipedia)

    Quelques extraits éclairants du Tao Te King de Lao-Tseu :

    “Pourquoi le seigneur du pays devrait-il aller et venir comme un fou?Si tu te laisses ballotter de-ci de-là,tu pe […]

  • Julie a écrit un nouvel article, L'objectif du siècle il y a 1 an et 3 mois

    Source : capture d’écran d’une vidéo de Richard Glenn (Bernard de Montréal : Le monde de la mort 1977)

    • La contenance de l’émotion, c’est une capacité qui se développe depuis peu chez un peu tout le monde mais de façon sélective : on censure à gauche et on se paye la traite à droite.
      Ya rien comme une petite trempette dans l’émotion des fois.
      Un peu de rancoeur en travers de la gorge ne demande souvent que du vidangeage pour passer… de même que les heures de fatigue profitent à l’occasion de certains états d’âme plus nostalgiques.
      .
      Ces permissions qu’on se donne viennent de ce qu’on est ignorant de leur coût.
      On est aveugle.
      .
      Ce n’est qu’au bout du rouleau qu’on décide vraiment d’arrêter les frais.
      .
      Le processus de conscientisation dompte l’ego et lui fait perdre l’envie de la sagesse populaire qui oui fait de plus en plus la promotion de l’équilibre (maturité, clarté d’esprit, calme, etc.) mais par ailleurs persiste à faire la promotion de la passion (spontanéité, naturel, chaleur, etc.).
      .
      Le siècle est une machine de plus en plus complexe et contradictoire. Les voiles s’empilent sans espoir de cohérence. “Écoute ton émotion !” n’a plus rien d’une instruction passe-partout. Il n’y a plus d’instruction passe-partout qui tienne. Le double est la source de notre besoin, le fil de nos goûts et dégoûts. La communication avec notre double individuel vient dans un rapport de respect à soi-même. c’est une conscientisation et une simplification du grand casse-tête qui nous fait nous poser mille questions sur ces émotions qui nous viennent et nous tiennent. Devenir conscient c’est assister à l’effeuillage des voiles séculaires, moraux, spirituels, modernes, etc. On perd le goût des voiles à mesure qu’on découvre leur inutilité.

  • Une conversation sur ce site, à laquelle prenait part Edwige, porte également ce titre, “La femme en devenir” : http://www.supramental.info/http:/www.supramental.info/Forums/topic/la-femme-en-devenir/

  • L’intelligence de la femme deviendra évidente lorsque l’homme réalisera qu’il n’est pas seul à prétendre aux attributs intelligents qui permettent de voir à travers les voiles de la vie.

    La femme est impu […]

  • On souffre parce qu’on s’illusionne, parce que notre vue n’est pas réelle ; parce qu’on est divisé en soi, parce qu’on s’abîme dans ce qui nous sépare. Sortir de cette souffrance (psychique), c’est possiblement arriver à ramener la profondeur à la surface ou à passer sans vertige de l’une à l’autre. Contraction, expansion, comme une respira…En afficher davantage

  • En afficher davantage